Fatales tentations du licenciement Macron

« Ce n’est pas l’article le plus spectaculaire de la loi Macron. Au hit-parade des mesures adoptées au forceps par la magie du 49-3, les ouvertures du dimanche et les autocars de ligne ont damé le pion à cet article 101*. Pourtant, il est certainement aussi important, et peut être plus, que le nombre de journées dominicales ouvrées et les voyages en car. En deux mots, il révise la manière, pour les entreprises, de mener leurs plans sociaux. Et touche nombre de salariés d’entreprises en difficulté (…) »

Lire la suite sur le site de CadreEmploi

23Fev2015-ok

Jean-Paul Agon, #L’Oréal : « Être un leader mais avec un esprit de challenger »

« Le Pdg de L’Oréal, Jean-Paul Agon est confiant pour l’année 2015. Les résultats 2014 devraient être bons en particulier pour les divisions Cosmétique Active et Luxe. Le groupe veut continuer à croître mondialement.

« Nous démarrons l’année avec énergie, confiance et ambition », a déclaré Jean-Paul Agon, Pdg de L’Oréal lors de ses vœux à la presse, mardi 27 janvier 2015. Le leader mondial des cosmétiques publiant ses résultats annuels le 12 février, le Pdg n’a dévoilé aucun chiffre pour 2014 dans son global. Toutefois, les résultats à neuf mois sont de bons augures (…) »  Lire la suite sur le site de LSA

Money

 

Répondez à la consultation sur le travail et le numérique #déconnexion

 L’UGICT lance un site complet dédié au droit à la déconnexion et c’est Par ici.

Une Consultation sur le travail et le numérique est initiée afin d’évaluer votre charge et temps de travail. En organisant cette consultation, la CGT et son UGICT s’engagent à :
• vous en restituer les résultats,
• intervenir avec ses élu-e-s et mandaté-e-s pour que des négociations s’engagent sur les aspirations exprimées,
• vous rendre compte du contenu et de l’état d’avancement des négociations en temps réel. Par ici pour répondre à la consultation

Combien d’heures travaillez vous « au noir » ?  Faites la calcul avec le Simulat’HeuresSup’

ugict-droit-deconnexion-famille-web

 

 

Google va-t-il tuer L’Oréal ?

 « L’Oréal est la plus belle entreprise française. Mais le marché des cosmétiques antivieillissement, part non négligeable de ses revenus, est par nature fragile : ce ne sont pas des produits pharmacologiquement actifs à l’efficacité scientifiquement prouvée, faute de subir des essais cliniques en double-aveugle contrôlés par les agences régulant le médicament. L’efficacité des cosmétiques dans la lutte antivieillissement est si peu garantie que des industriels ont été condamnés pour usage excessif de Photoshop (…) » Lire la suite sur le site du Monde

4479931_3_60ea_google-se-lance-dans-la-lutte-contre-le_6980f84aac754b48cbbc715fcb2e60f0

Méthodes et critères d’évaluation du salarié : les élémentaires….

Méthodes et critères d’évaluation

Le salarié doit être informé, préalablement à leur mise en œuvre, des méthodes et techniques d’évaluation professionnelles utilisées dans l’entreprise. L’évaluation du salarié peut prendre la forme, par exemple :

  • d’un entretien annuel,
  • d’un système de notation des salariés,
  • d’une répartition des salariés en différentes catégories.

Les méthodes et techniques d’évaluation des salariés doivent être objectifs et transparents (pas de critères d’évaluation discriminatoires, ni de critères susceptibles de générer du stress).

Des données personnelles peuvent être collectées dans le cadre de l’évaluation du salarié, si le dispositif a été porté préalablement à sa connaissance. Elles doivent être déclarées à la Cnil si les données personnelles collectées sont enregistrées dans un fichier informatique.

Les résultats obtenus sont confidentiels : seul le salarié concerné peut en avoir connaissance.

Lire la suite sur le site Vos Droits Service Public

a63cd9e38964634741a5a3fe89055308_XL

 

#Evaluation des salariés : est interdit le #ranking par #quotas préétablis.

imagesCA77VULJLa Cour de cassation déclare illicite la méthode d’évaluation dite du ranking par quotas consistant à classer chaque salarié dans un groupe (ex. : groupe A : performant, groupe B : moyennement performant, groupe C : peu ou pas performant), chaque groupe devant impérativement rassembler un certain pourcentage de salariés établi à l’avance (ex. : groupe A : 20 % au maximum, groupe B : 70 % et groupe C : 10 % au minimum). Cour de cassation, chambre sociale, 27 mars 2013, N°11-26539

A noter qu’est a priori licite la méthode du ranking simple, c’est-à-dire le classement par groupes sans obligation de respecter des quotas préétablis, comme l’avait d’ailleurs jugé la Cour d’appel de Grenoble. CA Grenoble, 13 nov. 2002, n° 02-02794

Qui fait partie des « Low Performers » ?

« En période de crise, les entreprises se demandent de plus en plus comment rester efficaces et performantes malgré la pression des coûts et comment gérer les collaborateurs médiocres. Souvent, elles choisissent la méthode probablement la plus simple : elles virent le collaborateur le plus mauvais. Mais cette solution n’est pas vraiment si facile. (…)

L’employeur doit pouvoir montrer que le travail fourni est insuffisant

Un employeur peut prendre des mesures juridiques contre un « Low Performer » uniquement s’il peut prouver que le travail fourni est insuffisant (…) »

Lire la suite sur le portail RH

down-chart-300x199

Une étude de la Revue Projet sur les #paradis fiscaux et les entreprises du #CAC40

« Dès 2015, les banques devront s’expliquer précisément sur leur présence dans chaque pays (et donc chaque paradis fiscal)… Mais étendra-t-on la mesure aux autres secteurs ? C’est ce que demandent les ONG et les syndicats de la plate-forme paradis fiscaux et judiciaires. Les 1548 filiales offshores du CAC40 répertoriées par Revue-Projet.com demandent explication. La transparence pays par pays figurera-t-elle parmi les contreparties du Pacte de responsabilité ?

Une étude de Revue-Projet.com en partenariat avec la plate-forme paradis fiscaux et judiciaires.

La géographie des multinationales présente deux visages, au point que l’économie mondiale en paraisse déboussolée : Jersey devient le premier exportateur de bananes vers l’Union européenne, les Îles Vierges britanniques le premier créateur d’entreprises par habitant… Le visage le plus visible des grandes entreprises est celui que présente une approche pragmatique : un regard sur les lieux de production, les usines, l’implantation de la main-d’œuvre, les marchés de distribution des biens et services… L’autre visage est celui que les firmes internationales présentent dans leurs comptes, à l’attention du fisc et des syndicats. Ce sont les deux revers d’une même réalité, mais les différences sont notables. Des filiales aux Îles Caïmans, au Luxembourg ou en Irlande présenteront des résultats fortement excédentaires, alors que les bureaux y seront peu peuplés, voire inexistants. L’on s’arrangera en revanche pour que la filiale française ou indienne, plus fortement imposée, évite d’afficher des bénéfices trop élevés. L’objectif ? Minorer la charge fiscale, bien sûr, mais aussi l’intéressement des salariés aux bénéfices (…) »

 Lire la suite sur le Site de la Revue Projet

sans-titre